Cholestérol: pourquoi il est indispensable d’en avoir et pourquoi vous devriez vous passer des statines!

Cholestérol et statines

 

Votre taux de cholestérol est surveillé par votre médecin généraliste à partir d’un certain âge. En cas d’augmentation, vous avez droit à une petite leçon de morale, accompagnée d’une ordonnance pour un médicament hypolipémiant, diminuant votre taux de cholestérol. Les molécules les plus utilisées sont les statines.  Mais si vous ne présentez ni antécédents cardio-vasculaires, ni facteurs prédisposants à ces pathologies, cette prescription systématique semble être une hérésie, car le cholestérol est indispensable pour votre santé. Cet article vous explique pourquoi…

 

D’où vient cette croyance que le cholestérol nous tue ?

Tout semble parti d’un malentendu… ou presque! Les chercheurs russes Artemi Chalatow et Nicolaï Anitchkov ont mené une étude à la suite de laquelle le cholestérol a été accusé d’être mauvais pour la santé, car il était trouvé dans les plaques d’athérome des patients décédés de pathologies cardio-vasculaires. Mais leur sujet initial d’étude n’était pas le cholestérol, c’était l’inflammation et le rôle des globules blancs dans la paroi artérielle…

En 1948 démarre aux USA une grande étude sur les facteurs de risque des maladies cardiovasculaires. Poursuivie sur plusieurs décennies, elle montre en 1971 le rôle primordial de l’hypertension artérielle. En 1974, le diabète est déterminé comme facteur de risque et en 1977, c’est au tour du cholestérol. Néanmoins, cette étude montre un effet protecteur d’un taux plus élevé de HDL.

Ce détail a été complètement négligé pendant longtemps. Les autorités de santé ne retiennent que l’idée que l’athérosclérose est due à l’accumulation de cholestérol dans les parois artérielles. Le remède ? Il suffit de doser le cholestérol total et de le faire baisser.

 

Comment faire baisser le cholestérol ?

Dès lors le cholestérol est devenu le cheval de bataille des industriels pharmaceutiques.

Bien avant déjà, en 1954, des ouvriers agricoles intoxiqués par un pesticide présentent une chute du taux de cholestérol. Ni une, ni deux, cette constatation débouche sur la fabrication du premier médicament anti-cholestérol, le clofibrate.

 L’OMS lance alors une première grande étude sur 15.000 Européens pour voir l’effet du clofibrate sur l’infarctus. Surprise! Le groupe traité présente un taux d’infarctus plus élevé que le groupe « traité » par placebo.

Le concept n’est pas abandonné… Les chimistes font évoluer la molécule pour fabriquer les fibrates qui sont la deuxième classe de médicaments anti-cholestérol. Puis en 1973, des chercheurs japonais découvrent par hasard l’effet hypolipémiant des statines… en essayant de créer un antibiotique.

 

Quid des statines ?

Depuis quelques années, les effets positifs des statines sont largement remis en cause. Il semble que les effets positifs sur le développement des maladies cardiovasculaires soient inférieurs aux risques décrits dans les effets secondaires et vécus quotidiennement par de nombreux patients.

Troubles musculaires (tendinite, déchirures, myopathie…), troubles digestifs (foie et vésicule biliaire), maux de tête, vertiges, éruptions cutanées plus ou moins graves… font partie de la liste! 

Cette année, en 2015, le Dr Michel DE LORGERIL a initié une grande pétition pour demander le réexamen des effets des statines par des professionnels neutres, sans conflit d’intérêt possible avec l’industrie pharmaceutique. Cette pétition demande aussi de réévaluer les recommandations de prescription pour ce type de médicament, pour qu’il ne soit prescrit que dans les cas qui le nécessitent vraiment!

Cette pétition, vous pouvez la trouver ici : http://petition.ipsn.eu/petition-danger-statines-cholesterol/

Déjà au début des années 2000, certains médecins sonnaient l’alarme devant le rapport bénéfice / risque inadéquat.  Il a été souvent recommandé de consommer plutôt des statines naturelles comme la levure de riz rouge. Mais attention! Il ne s’agit pas d’un complément alimentaire. C’est un médicament, avec de possibles effets secondaires, même en vente libre…

Devant la mise en cause des statines, l’industrie pharmaceutique s’est lancé un nouveau défi: faire commercialiser très prochainement, un nouveau médicament. Un médicament qui divise par deux le taux de cholestérol, et qui est bien plus rentable. Vous entendrez bientôt parler de ces anti-PCSK9.

Une étude publiée dans le « New England Journal of Medicine » dévoile les premiers résultats : un des deux médicaments testés (Evolocumab) entraîne une baisse de 61% du cholestérol LDL.  Mais : le taux d’événement indésirables est de 69%, le taux d’incidents graves de 7.5% et les auteurs notent « toutefois une fréquence significativement accrue d’événements neurocognitifs dans le groupe de patients sous évolocumab »

 A méditer…

 

 

Mais au fait, à quoi sert le cholestérol?

Vous êtes-vous déjà posé cette question? Est-ce juste un poison injecté dans notre organisme par les saucissons, les plaquettes de beurre et les jaunes d’œufs?

Il faut savoir que nos cellules fabriquent chaque jour 1g de cholestérol, alors que nous en consommons 250 à 350 mg en moyenne. Si notre organisme en fabrique tant, c’est que le cholestérol est un composant essentiel des membranes de nos cellules.  Ces membranes sont riches en lipides, notamment pour rester souples. Cette souplesse va permettre la stabilité et le cohésion des cellules entre elles. Elle va aussi faciliter les échanges entre l’intérieur et l’extérieur de nos cellules (communication et nutrition de la cellule).

Mais ce n’est pas tout. Le cholestérol est aussi indispensable pour rendre actives certaines protéines sur la membrane des cellules, protéines que l’on appelle radeau cellulaire. Le récepteur à l’insuline, par exemple, nécessite un tel radeau pour être actif. Les statines, en diminuant le cholestérol présent, vont diminuer l’activité des récepteurs à l’insuline, entraînant un pré-diabète puis le diabète.

De même, les neurotransmetteurs du cerveau nécessitent un radeau cellulaire (donc du cholestérol) pour être actifs. Quand on sait qu’ils interviennent dans toutes les transmissions nerveuses pour bouger les muscles, respirer, voir, sécréter des hormones… Ils sont indispensables à la mémoire, aux émotions, pour stabiliser nos humeurs. On comprend dès lors l’importance du cholestérol.

 

Autres rôles capitaux du cholestérol:

La vitamine D est synthétisée par notre organisme à partir du cholestérol, en utilisant les UV du soleil. Or, cette vitamine D permet l’assimilation du calcium et du phosphate de notre alimentation, donc la solidité de nos os. Sans cholestérol, pas de vitamine D. Vous pourrez alors consommer autant de produits laitiers que vous voulez, ils ne vous protégeront pas de l’ostéoporose. La vitamine D interagit en outre avec 229 de nos gènes, dont 50% dans un but immunitaire. Sa carence est un signe précurseur avéré de la sclérose en plaque.

Le cholestérol est aussi un précurseur de la Coenzyme Q10 qui intervient dans la production d’ATP, c’est à dire l’énergie de base utilisée par nos cellules. La baisse de la CoE Q10 est un facteur pronostic du raccourcissement de la durée de vie, car c’est un puissant anti-oxydant! C’est d’ailleurs le seul anti-oxydant liposoluble endogène… Il a été observé dans une méta-analyse qu’il y avait une diminution de CoE Q10 dans le myocarde des insuffisants cardiaques et qu’une supplémentation permettait d’améliorer l’état clinique!

Même raisonnement avec la DHEA, hormone anti-âge naturelle et précurseur des hormones sexuelles chez l’homme comme chez la femme. Sa diminution, inéluctable avec la prise de statines, provoque une accélération du vieillissement de l’organisme.

 

Mais de quoi accuse-t-on le cholestérol au juste?

Le cholestérol est retrouvé dans les plaques d’athérome, c’est vrai, mais ce n’est pas le constituant majoritaire. Alors de là à prétendre que c’est lui qui bouche nos artères…  😆  En fait, on y trouve beaucoup plus de plaquettes et de molécules qui signent l’inflammation.

Comment se forment ces plaques d’athérome ?

Lorsqu’il y a des remous dans la circulation sanguine, ou des problèmes d’hypertension, ceci agresse la paroi de l’artère, crée des micro-lésions. La paroi s’inflamme et l’organisme se défend par l’afflux de cellules anti-inflammatoires et immunitaires, créant des épaississements. Souples au départ, ces épaississements finissent par se rigidifier au fil du temps, par l’accumulation de plaquettes et de fibrine (protéines de la cicatrisation) au même endroit. C’est à ce moment que la paroi se fragilise. Elle perd son élasticité capable d’encaisser les à-coups de pression liés à l’activité physique, la colère, la peur… On risque donc l’infarctus ou l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC).

Le cholestérol LDL (pourtant réputé mauvais) est utilisé par les cellules de la paroi des artères. Mais notre organisme est une belle machine! En cas d’excès, les macrophages le capte et des globules blancs (cellules immunitaires) sont chargées de l’amener à la Vésicule Biliaire (VB). Là il est combiné aux sels biliaires, puis rejeté dans le tube digestif pour être éliminé dans les selles grâce aux fibres alimentaires.

Si l’alimentation est trop pauvre en fibres, une partie du cholestérol est réabsorbé sous forme de cholestérol HDL (qualifié de bon cholestérol) et sera réutilisé. En revanche on voit bien que le LDL,  diabolisé par les autorités sanitaires et les labos pharmaceutiques,  est indispensable à notre organisme. Et si notre alimentation est équilibrée, son excès est éliminé.

 

Sport

Une bonne hygiène de vie associée à une alimentation saine reste la meilleure prévention.

 

C’est l’hygiène de vie qui doit être incriminée

Parfois, ce cholestérol LDL en excès est modifié par des processus d’oxydation. Il est quand même capté par des macrophages, mais ils sont incapables de l’amener à la VB, car ils ne le reconnaissent pas! 😈 BANG! C’est là qu’est le problème…

Les macrophages capte le LDL oxydé et… le stockent. Ces cellules (alors appelées cellules spumeuses) gonflent par l’accumulation de ces graisses. Au fil des années, elles finissent par éclater, attirant par un cercle vicieux d’autres cellules immunitaires. On en arrive à un état inflammatoire permanent entraînant une dégradation rapide de l’organisme.

Les facteurs qui provoquent un stress oxydatif et qui entraînent une « mutation » du cholestérol LDL sont bien connus. On retrouve sans surprise: la sédentarité, le surpoids, le diabète, le tabac, la pollution, la malbouffe (déficit d’Oméga-3 et autres anti-oxydants), l’hypertension artérielle…

Ce n’est donc pas la présence du cholestérol qui pose problème mais la mauvaise hygiène de vie ou certaines pathologies concomitantes qui empêchent la bonne gestion du cholestérol.

 

Les statines visent à diminuer sérieusement le taux de cholestérol dans l’organisme. Et pourtant, celui-ci est indispensable et peut être géré correctement si l’hygiène de vie est bonne. Il semble que la meilleure prévention des problèmes cardio-vasculaires (infarctus et AVC) soit donc la combinaison d’une excellente hygiène de vie, et le contrôle de l’hypertension et de l’hyperactivité des plaquettes.

 

 

 

 

2 Comments

Leave A Response

* Denotes Required Field