Comment gérer votre surpoids grâce à l’impact de vos relations avec les autres ?

problème de surpoids
Surpoids… Kilos en trop…C’est un thème qui intéresse beaucoup de monde. De plus en plus même, à en croire les dernières statistiques. Alors aujourd’hui, c’est un article un peu différent que je vous propose. Un peu plus long à lire, c’est un article dans lequel je vous propose de réfléchir à un moyen peu utilisé de lutter contre le surpoids.
En fait, non ! Ce n’est pas un, mais deux moyens dont je vous parle…

 

                    Contre les problèmes de poids, on n’arrête pas de vous le dire : mangez moins et faites du sport ! Mais ça, vous le savez déjà, pas vrai ? Si vous avez besoin de perdre du poids, vous avez probablement déjà essayé le régime X ou Y, avec plus ou moins de succès, au moins dans un premier temps, même si je doute que les résultats aient été durables…

 

Mais ce que vous connaissez peut-être moins, en tout cas ce n’est pas toujours conscient chez vous, c’est le poids de votre psychologie… Et surtout le poids de vos relations avec les autres.

Je ne parle pas ici, de la vendeuse un peu pimbêche de 22 ans dans le dernier magasin de vêtements où vous êtes entrée, encore toute étonnée que toutes ses congénères ne fassent pas comme elle, un petit 36 taille Barbie…

Je ne parle pas non plus du vendeur du magasin de sport, que nous appellerons Ken, qui vous sourit bien poliment (mais très hypocritement) qui ne comprend pas pourquoi vous êtes là, car il pense que vous vous êtes perdu, alors  que vous attendez de sa part les meilleurs conseils pour vous aider à vous débarrasser de vos abdos Kronembourg (et ce ne sont pas les 3 ou 4 bières que vous buvez par an qui en sont responsables…)

Non…

Je parle de votre entourage. Proche, professionnel de tous les jours, personnel, parfois intime…

 

Vous ne devez jamais négliger la qualité de ces relations si vous vous sentez en surpoids, et que l’un de vos vœux les plus chers est de perdre du poids… Le problème, c’est que vous ne pouvez pas vraiment changer le caractère ou le tempérament des personnes qui vous entourent.

Voici donc deux conseils que je voudrais que vous reteniez… et appliquiez (c’est ça le plus important !)

 

LEÇON #1  : Un parfum d’Asie…

Remémorez-vous les dernières leçons de sagesse asiatique que vous avez lues… Très imagées, elles vous aident parfois à prendre conscience de quelque chose que vous avez toujours négligé… Alors imaginez cette petite légende inspirante. Prenez le temps… Prenez du temps pour vous.

(Ça peut vous paraître un peu long, mais ça peut tellement jouer fort sur vos problèmes de surpoids… Ne négligez plus ça à partir d’aujourd’hui, vous y gagnerez !)

 

La petite légende :

Un jeune homme frêle et timide se fait railler chaque jour par quelques jeunes de son village… Chang (Ne me demandez pas pourquoi, mais je l’appellerai comme ça, ça sonne bien) n’en peut plus et porte la douleur de ces moqueries comme un lourd fardeau… Il encaisse en silence, en serrant les dents, les poings fermés dans ses poches…

Il rêve de répondre à ces jeunes hommes mesquins, et de leur donner une bonne correction ! Mais Chang, taillé comme une brindille qui s’envole quand on souffle dessus, n’a aucune chance… Il se dit alors qu’il faut qu’il apprenne à se battre, comme un as ! Vu sa faible force, il lui faut acquérir une technique irréprochable. Pour ça, il lui faut un maître…

 

Son oncle lui conseille alors d’aller voir le vieux sage, en haut de la montagne… Celui-ci, invaincu dans tous ses combats, est le mieux placé pour l’aider. Impatient, Chang ne perd pas une minute et se met immédiatement en route !

Arrivé au sommet de la montagne, Chang se présente devant le vieillard et lui explique son cas. Il lui dit :

« Maître, apprenez moi vos meilleures techniques de combat pour me défendre ! Celles qui ont fait que jamais personne ne vous a vaincu. »

 

Chang découvre la solution :

« Tu n’as besoin que d’une technique, lui répond le vieillard, celle que j’ai toujours utilisée… Je n’ai jamais perdu un combat, car personne n’a jamais réussi à me toucher.

Regarde l’eau qui se jette sur les rochers… D’abord, le contact est frontal, violent… Mais regarde enfin comme les rochers apprennent à laisser l’eau glisser sur eux, en se polissant au fil des années… Le contact finit par être doux, sans bruit, et les deux vivent en harmonie.

Apprends à esquiver leurs moqueries… Les moqueurs sont des êtres torturés pour qui c’est un remède à leur propre douleur… »

Chang, un peu déçu mais confiant en ce vieillard, redescendit de la montagne et commença le jour même à appliquer ce conseil… A la première moquerie, il prit une grande inspiration et souffla le plus lentement possible. Il réussit à ne pas serrer le poing et garda la mâchoire détendue.

Surpris de l’absence de réaction de Chang, les jeunes imbéciles reviennent à la charge, le provoquant un peu plus… Mais Chang reste impassible.

Chaque jour, Chang progresse… Il se polie comme les rochers, devenant plus lisse, offrant moins d’emprise à la moqueries des autres. Il finit même par décrocher un léger sourire… En guise de sourire, c’est une victoire qu’il décroche. Il se dit que les jeunes hommes doivent être quelque peu malheureux pour avoir besoin de se moquer de lui afin de se sentir forts… Et si vraiment ils étaient forts, ne s’attaqueraient-ils pas à des hommes musclés, ayant du répondant et de l’expérience ?

Depuis ce jour, Chang éprouve de la bienveillance teintée de compassion pour ceux qu’il redoutait tant de croiser autrefois !

 

Ça va ? Je ne vous ai pas perdu(e) ?

 

Et si Chang, c’était vous ?

Bon, en clair, pourquoi je vous raconte ça ?

Si vous avez des problèmes de surpoids, vous faites probablement partie d’une de ces trois catégories (si votre surpoids est lié à de mauvaises habitudes plus ou moins conscientes, et non à une maladie métabolique) :

 

  • ceux qui pensent avoir des kilos en trop, mais qui sont épanouis…

Aucune importance ! Bien dans vos baskets, les paroles maladroites ou les allusions volontaires ne vous font ni chaud, ni froid, elles vous semblent étrangères… Votre surpoids n’est ni un complexe, ni un handicap. Désolé, cette histoire n’est pas pour vous… Et de toute façon, je pense que si vous êtes épanoui(e) avec vos kilos en trop, vous n’avez pas lu le début de cet article.

 

  • ceux qui pensent avoir des kilos en trop et qui se lamentent…

C’est Chang au début de l’histoire. C’est la catégorie dans laquelle se trouve le plus de monde, peut-être vous-même, après la prise de conscience que le contrôle de votre poids vous a échappé.

Et que se passe-t-il dans ce cas-là ? Il est possible, voire probable, que vous ayez trop de kilos… émotionnels !

Dans cette 2ème catégorie, lorsque vous entendez une parole déplacée ou une moquerie, ou une parole que vous interprétez comme telle , vous vous dites peut-être :

…. Comment ose-t-il ou comment ose-t-elle ?

…. Hey !!!… Non mais sans blague, il s’est regardé lui ? Elle s’est regardée celle-là ?

…. Si j’oserais, je lui jetterai bien mon verre à la figure !

 

Ces pensées, que vous exprimez ou non, sont responsables d’un sentiment extrêmement négatif qui a tendance à vous enfermer dans une spirale de stress, de perte de confiance en vous, éloignant la faculté à pouvoir vous reprendre en main pour changer.

Se met alors en place un cercle vicieux, très vicieux…

Chaque fois qu’une parole vous blesse, intentionnellement ou involontairement, c’est la même chose.

Vous mangeriez bien un petit carré de chocolat, ou un petit gâteau… Ne culpabilisez pas ! Ce n’est pas vraiment de votre faute, le sucre libère des hormones responsables du bien-être au niveau de votre cerveau.

Quand tout va bien, vous vous dites : « Allez, je ne craquerai plus, c’est fini ! ». Et puis lorsque les sentiments négatifs se manifestent à nouveau : « Pfff… Juste un… Un seul carré de chocolat… La prochaine fois, j’y arriverai. »

 

C’est comme ça que s’entretient le cercle vicieux… Surpoids > maladresse ou moquerie > mauvaise estime de soi et sentiment négatif > sucrerie ou aliment gras > réconfort mais surpoids toujours !

Imaginez maintenant que vous décidiez de vous transformer en rocher… Inébranlable, mais non violent. Vous passez dans la catégorie 3.

 

  • ceux qui pensent avoir des kilos en trop mais qui font tout pour changer…

Tout… Y compris sur le plan psychologique. C’est Chang à la fin de l’histoire.

Dans la catégorie 2, chaque parole perçue comme gênante, agaçante… blessante vous faisait baisser les bras et craquer pour une friandise de consolation… Si vous décidez de passer dans la 3ème catégorie, vous allez progresser très vite !

 

Passons à la pratique :

Maintenant, essayez de pratiquer ça : la visualisation. Posez-vous tranquillement, chez vous, les yeux fermés… Détendez-vous pour vous mettre dans l’état le plus neutre possible.

Ensuite, même si c’est pas agréable ou que c’est douloureux, tentez de vous remémorer les dernières paroles dérangeantes. Souvenez-vous de ce que vous avez ressenti…

… L’agacement      … La surprise      … La colère    … La honte    … La culpabilité peut-être

Souvenez-vous …    Ressentez …

 

Maintenant, gardez toujours les yeux fermés, et visualisez la même personne. Quand elle ouvre la bouche, c’est une petite rivière qui coule… Ses paroles sont sourdes et à peine audibles… comme lorsque vous avez la tête sous l’eau. Elles n’ont plus le même impact.

Imaginez cette rivière qui coule vers vous… Et laissez-vous encercler par l’eau… Imaginez cette eau emportée par son propre courant qui vous vient dessus, qui vous glisse sur les hanches, sur le ventre, sur le torse, les épaules…

Mais emportée par son courant, cette eau ne s’arrête pas, elle ne fait que passer… Si vous ressentez toujours le malaise du aux mauvaises paroles, imaginez que la rivière vous lave en passant… Qu’elle emporte avec elle, ces paroles et ces émotions négatives, loin de vous…

Imaginez ça… Comment vous sentez-vous ? Est-ce si terrible de vous mouiller les hanches ? Non bien sûr…

Imaginez que la rivière se tarit dès que la personne ferme la bouche… La crue est passée… C’est fini… L’eau s’en est allée… Vous êtes devenu(e) Chang ! Le nouveau Chang…

 

Mais ça sert à quoi au fond ?

Ça peut vous paraître absolument dérisoire, mais c’est un exercice que je fais pratiquer aux personnes que je conseille au cabinet, pour leur perte de poids. Et je peux vous garantir que ça marche très bien ! Il ne s’agit pas de le pratiquer une seule fois… Pratiquez le souvent, tous les jours si vous pouvez. Commencez bien par remémorer et ressentir les émotions négatives au début… Puis transformez-les en sérénité, au fur et à mesure que l’eau vous caresse et s’en va…

Au début, vos réactions ne seront pas différentes de ce qu’elles étaient jusqu’ici. N’attendez pas de changement miracle. Mais à force de le pratiquer, votre cerveau va être capable de vous redonner cette sérénité, à chaque fois que vous visualiserez l’eau qui vous entoure, vous nettoie, et s’en va… Vous allez reprogrammer votre cerveau.

Ensuite, lorsque vous serez confronté à une situation, un regard, une parole qui vous perturbe, qui vous dérange, essayez de visualiser et de ressentir cette eau. Avec l’entraînement, au bout de quelques semaines, quelques mois, ça devient presque instantané ! Et si vous faites cet exercice avec conviction et sincérité, votre cerveau associera la sérénité avec votre visualisation…

 

Quel sera le bénéfice concret pour vous ?

Vous vous posez peut-être cette question…

Mais qui dit sérénité, dit calme, absence de colère et de stress… Vous allez donc casser le cercle vicieux dont on parlait plus haut. Finie la colère, fini le stress… Donc fini le besoin du chocolat ou de la pâtisserie dans le seul but de se consoler. Finis les craquages alimentaires incontrôlables. Finies les calories inutiles !

La finalité de cet exercice, c’est de dissocier la consommation des friandises de votre état émotionnel. Et ça, c’est capital… Sans ça, aucun résultat possible !

La prochaine fois que vous mangerez du chocolat ou un biscuit, ce sera volontairement, par choix et avec plaisir, sans culpabilité !

Lire cet article n’est pas suffisant… Pratiquez… Pratiquez encore, promettez-vous le ! Et si vous êtes sceptique, vous ne saurez pas si ça marche vraiment sans l’avoir essayé…

 

 

LEÇON #2  : Le jeu du miroir.

 Le pouvoir des statistiques :

Jim Rohn, un entrepreneur et coach en développement personnel, a écrit :

« Nous sommes la moyenne des 5 personnes que nous côtoyons le plus souvent ».

Cette phrase est puissante… Et peut être utilisée dans tous les domaines !

 

Pour ce qui nous intéresse, avez-vous envie de stagner toute votre vie dans la catégorie 2 ? Celle des gens qui se sentent trop gros mais se lamentent sans autre réaction ? Je ne pense pas…

Vous avez probablement envie de passer dans la catégorie 3, puis dans celle des gens qui se sentent en harmonie avec leur corps, quelque soit leur silhouette.

 

Jim Rohn, peut vous y aider. Si, si…

 

Les relations sociales, familiales, se cristallisent souvent dans la convivialité : repas, apéritif, brunch, toast… Mais aussi dans le  sport, les randonnées, les sorties culturelles…

Actuellement, il est fort probable que les ami(e)s avec qui vous passez le plus de temps aient les mêmes aspirations que vous. Si vous aimez les bons petits plats, les bons gâteaux, vos amis les aiment sans-doute autant que vous.

Et que faites-vous quand vous êtes ensemble ? … Probablement de bons petits plats et de bons gâteaux, entre autres. Mais ce n’est vraisemblablement pas la meilleure chose à faire si votre objectif personnel est de vous débarrasser de votre surpoids.

 

Et la solution est...

À votre avis, comment pouvez-vous utiliser ce principe pour poursuivre votre objectif de perdre du poids ?

Deux interprétations, deux utilisations possibles…

 

  • Mêmes relations, mais habitudes différentes.

D’abord, sans remettre en cause vos amitiés ou vos liens de famille, vous pouvez diminuer sensiblement le temps que vous passez ensemble pour en disposer autrement (on en parlera juste après). Si vous vous voyez déjà peu, alors cherchez d’autres moyens de vous voir : une sortie au musée, une balade en forêt… Privilégiez les endroits et les activités qui rendent impossible de passer par la case « assis autour de la table avec nos gâteaux faits maison » !

Si vous avez l’habitude de passer très régulièrement du temps ensemble, commencez à proposer des encas plus lights… Salades de fruits, compotes maison sans sucre ajouté, smoothies… Proposez aussi plus de dépenses physiques : balades, sortie piscine…

En fréquentant les mêmes personnes, il vous faut renouveler les habitudes que vous partagez, en choisissant de nouveaux rituels plus adaptés à la lutte anti-kilos !

 

 

  • Entamer de nouvelles relations

Le moyen le plus radical d’utiliser la théorie des 5 personnes est simple ! Cherchez à rencontrer ou à vous rapprocher de personnes soucieuses de leur ligne et de leur santé en général.

En ayant réellement envie de lutter contre votre surpoids, vous partagez les mêmes préoccupations. Ces personnes-là ont déjà probablement l’habitude de bouger, de faire de longues marches, de faire du sport, de consommer des smoothies, ou des desserts à base de fruits essentiellement…

Si vous exprimez ouvertement votre souhait de changer vos habitudes et de prendre soin de vous, vous serez surpris(e) de voir comme vos « nouveaux » amis seront ravis de partager avec vous leurs trucs et astuces. Et même de vous « coacher », par le simple fait de vous motiver, de vous challenger … Vous allez pouvoir bénéficier régulièrement et gratuitement d’un coach minceur ! Ces personnes prennent souvent le temps de lire tout ce qui leur passe sous les yeux dans le domaine du poids. Certaines d’entre elles sont donc loin d’être débutantes !

Je pense que maintenant vous comprenez mieux l’impact de vos relations avec votre entourage…

  • En résumé :

Le conseil n’est pas de tourner le dos à vos ami(e)s qui ne prêtent aucune attention à leur silhouette… tout le monde serait malheureux !

Mais ne fréquenter que ceux-ci sans rien changer vous mettra souvent dans des situations de tentation néfaste : vous choisirez entre la culpabilité d’avoir craqué pour une part de gâteau au chocolat et deux macarons du super pâtissier… ou le stress de résister pendant que vos convives laissent exploser le contentement de leurs papilles gustatives, là… juste sous vos yeux !

Le conseil c’est donc d’inciter tout le monde à partager des activités où on se bouge plus que d’habitude et où on grignote moins que d’habitude…

Si votre proposition ne plaît pas, alors dégainez l’option 2 (les deux peuvent être mixées, le résultat est encore meilleur…).

Diminuez sensiblement le temps que vous passez avec les gourmands invétérés, et cherchez vous des partenaires soucieux de leur santé et dynamiques, qui pourront partager avec vous leurs activités, leurs recettes minceurs et leur enthousiasme dans le dépassement de soi pour atteindre ces objectifs !

 

Maintenant, c’est à vous :
Si vous estimez avoir un problème de surpoids, dites-moi dans les commentaires ci-dessous si vous ressentez vous-même qu’il y a une part d’émotionnel dans vos kilos superflus… Et dites-moi ce que vous pourriez changer dans vos relations pour bénéficier des effets positifs du principe du principe de Jim Rohn.

 

 

Leave A Response

* Denotes Required Field